Avec la disparition du service militaire, les réservistes (quel que soit leur métier) sont indispensables pour remplacer les militaires (de carrière) professionnels envoyés sur les opérations hors de France, et assurer les missions. Cette charte a été signée pour sensibiliser les entreprises et toutes personnes intéressées à cet engagement militaire.

Rencontre avec Thierry DETHAN, chef d’entreprise Novagency à Carpiquet et Amaury ACHARD DE LA VENTE, un de ses employés et réserviste. Novagency est une Agence de services du numérique crée en 2008. Elle propose des conseils, services et solutions informatiques dans la pérennité de l’information, la sécurité, la prévention, l’interconnexion de sites…

 

Être réserviste aujourd’hui…

 

L’engagement est propre au tempérament de chacun.

Amaury a le sens de l’engagement très tôt puisqu’il était pompier volontaire dès l’âge de 12 ans à Passais-la-conception (Orne), puis à Caen 3 ans pendant ses études d’ingénierie informatique.

Suite aux événements liés aux attentats, Amaury désire s’investir d’avantage pour son pays et envisage même de s’engager dans l’armée. Mais, attaché à sa région, aux études et aux nombreuses activités sportives, il décide d’allier le statut de salarié en entreprise et celui de réserviste : « Je ne souhaitais pas m’engager entièrement dans une carrière militaire, puisque j’étais attaché à mon travail et à mes nombreuses activités. J’ai commencé chez Novagency comme stagiaire. Et mon patron, a connu mon implication comme pompier volontaire dès le départ. C’est donc tout naturellement que le statut de réserviste a demandé réflexion. Nous en avions discutés ensemble.

Je suis maintenant réserviste depuis un peu plus de deux ans. Je consacre plusieurs jours par an sur mon temps professionnel, mais aussi mes week-end et congés. Il faut savoir que le réserviste n’est pas obligé de le signaler à son patron. Mais un contrat d’engagement* avec l’entreprise est possible, et dans ce cas, 5 jours minimum par an doivent être alloués en échange pour elle d’une réduction d’impôt et le droit d’apposer le logo « Partenaire de la défense nationale », entre autres. Mes missions consistent notamment aux préparations opérationnelles aux régiments, aux missions de protection dans le cadre de Vigipirate. Mais, il faut savoir qu’il existe de nombreuses autres missions dans des corps d’armées différents : terre, marine, air, santé… 

C’est du temps à donner, mais c’est une belle aventure humaine et il ne faut pas hésiter à se lancer »

Thierry DETHAN, le Directeur de Novagency complète le témoignage d’Amaury en précisant qu’il s’agit avant tout d’un engagement mutuel : « Il y a au final plus d’avantages que d’inconvénients. En tant que chef d’entreprise, c’est toujours positif d’avoir un salarié épanoui dans sa vie. Cela se ressent forcément dans l’activité de l’entreprise. Il faut avoir conscience que l’on fait du préventif. Chaque chef d’entreprise se sent plus ou moins impliqué pour la défense du territoire. Accompagner un ou plusieurs de ses salariés dans une démarche de réserviste est un acte citoyen. Nous pouvons ainsi contribuer à notre niveau à la défense du pays, et impulser une dynamique » 

 

(*) Précisions concernant le contrat d’engagement :

1/L’entreprise signe une Convention avec la Garde Nationale.

2/L’entreprise indique ses choix concernant :

  • le nombre de jours acceptés au-delà des 5 légaux
  • le temps de prévenance minimum accepté par l’entreprise pour le départ à la convocation
  • la rémunération, maintien ou non etc.

3/L’entreprise identifie les réservistes existants ou candidats nominativement dans la convention.

Quoiqu’il en soit, les réservistes dans tous les cas signent un contrat de « travail » avec les Armées.

 

 

+ INFOS:

Commandant Philippe CERRAND Correspondant Défense Entreprise du Calvados (CRED 14)

dgborelec@orange.fr - 06 27 85 23 71

 https://www.reservistes.defense.gouv.fr/

 

Légende Photo : Amaury ACHARD DE LA VENTE, Ingénieur Systèmes & Réseaux chez Novagency et réserviste ; Thierry DETHAN, directeur associé de Novagency, 16 rue de l’Avenir à Carpiquet